Le Webzine des Mamans Qui Déchirent®

L’école à la maison : l’instruction en famille à partir de 6 ans c’est possible !

Posted by on Août 14, 2015 in à la une, Des activités avec les kids | 7 comments

Le Club
L’école à la maison : l’instruction en famille à partir de 6 ans c’est possible !

L’école à la maison :

l’instruction en famille à partir de 6 ans c’est possible !

 

 

 

Dans un précédent article je vous parlais de l’école à la maison avant 6 ans, c’est à dire tout ce qui correspond à la période maternelle.

Je vous redonne les bases légales, à savoir :

  • L’obligation d’instruction ne commence qu’à compter de la sixième année de l’enfant. Le passage par la maternelle est donc encore plus une étape facultative de la vie.

Article L.131-1 du Code de l’Education : L’instruction est obligatoire pour les enfants des deux sexes, français et étrangers, entre six ans et seize ans. La présente disposition ne fait pas obstacle à l’application des prescriptions particulières imposant une scolarité plus longue.

 

L’instruction peut se présenter sous différentes formes :

  • L’école publique ou privée :

Dans ce cas il faut après la maternelle inscrire votre enfant dans une école. Si vous choisissez l’école publique, elle dépendra de votre lieu d’habitation ou alors il vous faudra demander une dérogation pour inscrire votre enfant dans une autre école. Cette dérogation peut être refusée !

Pour l’école privée, vous pouvez choisir celle qui vous convient, moyennant une participation financière annuelle ou mensuelle. Il existe des écoles privées pratiquant des pédagogies dites alternatives, type Freinet ou Montessori.

Cela représente bien évidemment un budget conséquent !

Concernant ces deux possibilités, aucune démarche autre que les inscriptions auprès des établissements ne sont nécessaires.

  • Cours par correspondance :

Il existe différents organismes qui permettent d’apprendre à distance. Le plus connu est le CNED mais il en existe d’autres (Ker Lann, Sainte Anne, etc…)

Pour ceux qui souhaitent appuyer leur enseignement sur un cours existant, il est possible de s’inscrire à un cours par correspondance, moyennant le règlement de frais plus ou moins élevés.

Ces cours fournissent, le programme lui-même et des devoirs dans chaque matière qui sont corrigés et notés, ce qui permet de disposer d’un ensemble de notes.

 Les cours par correspondance privés dispensés par des organismes d’enseignement à distance régulièrement déclarés répondent aux exigences légales pour l’ouverture des droits aux prestations familiales et sont soumis au contrôle de l’Education nationale.

Les organismes d’enseignement à distance sont régis par la loi du 12 juillet 1971, insérée dans le Code de l’Education, articles L 444-1 et s. On peut consulter le texte sur le site legifrance :

http://www.legifrance.gouv.fr

Ces établissements n’ont pas de conditions d’accès : il n’est pas nécessaire d’obtenir l’autorisation de l’inspecteur pour s’y inscrire. Le coût varie selon le niveau et l’organisme.

Si l’enfant est inscrit en scolarité complète, l’organisme d’enseignement à distance effectue les déclarations nécessaires et délivre un certificat de scolarité. Il est conseillé de vérifier que l’organisme choisi fait bien ces démarches. Depuis une réforme entrée en vigueur en mars 2007, l’article L131-10 du code de l’éducation, alinéa 1, prévoit que les élèves inscrits dans un établissement d’enseignement à distance font l’objet d’une enquête de la mairie tous les deux ans.

La nouvelle circulaire parue en janvier 2012 et qui remplace désormais celle de 1999 assimile le statut des enfants scolarisés dans les établissements privés par correspondance à celui des enfants déclarés en instruction en famille. Le CNED a un statut différent de celui des cours à distance privés.

Source Les Enfants d’Abord

  • L’instruction en famille sans cours par correspondance :

Dans ce cas, il y a encore plusieurs options qui s’ouvrent à vous.

Vous pouvez vous organiser de façon scolaire, avec un emploi du temps, par matières.

On fonctionnait comme cela au départ pour mes deux enfants, respectivement niveau CP et CM1. Voici un exemple de ce que j’avais planifié. N’étant pas d’une nature psychorigide j’avais dans l’optique qu’il me serve d’appui  et de guide et non pas à suivre à la minute près.

Pour vous aider au quotidien vous trouverez encore une fois de très nombreuses ressources disponibles sur internet. Il existe de nombreux blogs qui traitent de l’IEF et également un site en particulier que je vous recommande : ParticiPassions

Malheureusement (ou heureusement) on s’est tous vite rendu compte que cette façon de faire ne nous correspondait pas, en l’occurrence pour Kalvin qui n’est absolument pas scolaire, c’était très difficile de « travailler » comme à l’école !

Pour ma grande scolarisée depuis la première année de maternelle et ayant un niveau CM1 par contre ça lui correspondait. Elle a d’ailleurs fini par faire le choix de retourner à l’école. Nous sommes donc passés à un mode d’instruction totalement différent pour mon fils.

Nous pratiquons depuis le mois de novembre 2013 ce que l’on peut appeler des apprentissages autonomes. Pas de cours, ni d’exercices à proprement parler. Nous vivons simplement, et c’est juste hallucinant tout ce que la vie peut nous apprendre quand nous prenons le temps.

Mon fils a appris à lire seul, j’ai bien essayé au départ de lui apprendre, les sons, les syllabes, etc, mais il ne faisait que répéter sans grand intérêt ni conviction. Alors on a lâché prise (surtout moi en fait). Je me rends disponible pour la moindre de ses questions. Tant et si bien que sans s’en rendre compte il a appris à lire SEUL.

A force de me demander : « Maman y’a écrit quoi là? » « Maman un C + un H ça fait « CH » comme dans chat c »est ça ? » etc…

Maintenant mon tout petit lit vraiment très bien, il aime même se poser le soir dans son lit et me demander si avant de dormir il peut lire un peu ! Et tout ça sans école, sans leçon, sans exercice et sans devoir, juste à son rythme à lui ! Impressionnant.

 Un autre exemple qui me sidère, pour les mathématiques. Il nous arrive très souvent de faire la cuisine ensemble, surtout des gâteaux en fait. Et il me donne la liste des ingrédients et m’aide à peser. Régulièrement je m’arrête alors qu’il n’y a pas le compte niveau poids. Je mets 100g de farine alors qu’il en faut 150g et je l’entends me dire, « Maman il manque 50 là ! Tu n’en n’as pas mis assez !! » L’air de rien, il sait faire des soustractions ! Et c’est pareil pour les additions. Alors oui il ne connait pas ses tables comme on doit les connaître à l’école et les réciter de façon robotique, mais il sait compter, il sait que 2+2 ça fait 4. Parce que si il a 2 cartes pokémon et que ça sœur lui en donne 2 autres, il en aura 4 au final. Et pas besoin de lui répéter plusieurs fois, c’est entré super facilement ^^

Un autre point non négligeable, en tout cas dans notre mode de fonctionnement à nous, c’est la diversité des « techniques » d’apprentissage qui s’offrent à nous. 

Lorsqu’une problématique se pose, lorsque mon fils se questionne sur tel ou tel domaine, on peut aussi bien se diriger vers un livre que lui proposer de chercher ensemble ou en semi autonomie sur le net les réponses à ces questions, on peut aussi se dire que c’est l’occasion d’aller faire un tour à la médiathèque, ou de visiter tel ou tel endroit !

L’Ipad nous sert également quasi quotidiennement, autant en maths qu’en français, mais également pour les activités concernant les sciences ou les arts.

Pour résumer, la gestion au quotidien de l’instruction en famille peut se faire de 2 façons :

 – Soit très scolaire avec un rythme imposé par vos exigences ou des cours par correspondance

 – Soit de façon électron libre en laissant votre enfant faire ses propres apprentissages tout en restant bien sûr en soutien derrière lui.


Si vous prenez la décision de déscolariser ou de ne pas scolariser votre enfant de 6 ans, sachez que vous devrez en avertir la mairie ainsi que l’inspection académique. Pour ce faire il vous suffit d’envoyer une déclaration d’instruction en famille à ces 2 instances. Vous avez 8 jours à compter du jour de la déscolarisation.

Vous trouverez sur le site de Les Enfants D’Abord un modèle de lettre type à envoyer. Suite à cette déclaration vous recevrez une attestation d’instruction en famille qui signifie que vous êtes bien en règle au niveau des institutions.

Tous les 2 ans, une personne désignée par la mairie se rendra chez vous (après avoir convenu d’un rendez-vous) pour effectuer ce que l’on appelle un contrôle social.

Il s’agit juste pour la mairie de connaître les raisons de votre choix d’instruction en famille et d’écarter toute dérive sectaire. 

Comme le rappelle LAIA (Libres d’Apprendre et d’Instruire Autrement, association à but non lucratif loi 1901 pour l’instruction en famille, reconnue d’utilité publique), le contrôle social n’est pas une enquête sociale à proprement parler !

Ce qui peut être demandé :

  • comment les journées sont organisées (sans entrer dans les détails, mais pour avoir une idée de l’instruction effective ; par exemple : cours le matin et sortie l’après-midi)
  • visite de la salle où l’instruction est donnée
  • les activités des enfants en dehors du cadre familial (pour vérifier la socialisation).


Ce qui ne peut pas être demandé :
Etant donné qu’il s’agit seulement d’une enquête à caractère social dans le cadre de l’instruction en famille, et non d’une enquête sociale  proprement dite, on ne peut demander :

  • les bulletins de salaire
  • les relevés bancaires
  • une visite de la maison (sauf lieu de l’instruction)
  • le carnet de santé de l’enfant
  • le niveau d’études des parents
  • la religion (directement, ou indirectement)
  • les relations avec les autres membres de la famille
  • tout ce qui n’a aucun rapport direct avec l’instruction de l’enfant et qui relève de la vie privée.
Il est à noter cependant qu’aucun texte de loi ne régit clairement le contenu du contrôle à caractère social et que l’expression «et les conditions de vie de la famille» du texte de loi peut permettre bien des interprétations…
 
Ensuite il faut savoir que tous les ans vous allez avoir également la visite de l’inspecteur d’académie ou d’un (ou plusieurs…) conseiller pédagogique. Ceux-ci ont pour mission de vérifier que l’instruction que vous donnez à vos enfants est suffisante et cohérente.
 
Pour notre première année d’IEF nous avons donc eu droit aux 2 contrôles qui se sont tous les 2 très bien déroulés. Le premier assez rapidement, en novembre il me semble, le contrôle social. Une assistante social du CCAS de ma ville est venue nous rendre visite. J’avais fait le choix de la rencontrer seule. L’entretien a duré un peu plus d’une heure. 
Je n’ai pas eu accès au rapport écrit qui est transmis directement à l’inspection académique, mais l’assistante sociale s’est rendue disponible par téléphone et m’a lu le rapport qui n’est ni plus ni moins que la transcription mot pour mot de notre échange.
Ensuite au mois de janvier (le jour de mon anniversaire même ^^), j’ai reçu la visite de 2 conseillères pédagogiques. On ne m’avait annoncé la visite que d’une seule, et j’aurais été en droit de me faire assister pour être d’égal à égal, mais je n’ai pas jugé nécessaire de le faire.
J’avais au préalable répondu au premier courrier en indiquant que j’étais d’accord avec la date de rendez-vous mais que je m’opposais à tous tests écrits pour mon fils, ne le testant pas moi même de cette façon !
 
J’ai donc exposé tout mes supports, on les a regardé ensemble, ainsi que les différentes applications sur tablette que nous utilisons au quotidien (ce qui a semblé beaucoup les intéresser !). 
 
Kalvin a de lui même refusé de répondre à toutes leurs questions, même les plus banales ! Oups ! Mais l’air de rien pendant qu’il jouait, elles ont réussi à se rendre compte de pas mal de choses. Il a lu les règles d’un jeu sur le pc, il a dénombrer jusqu’à 80 (pour compter ses points), etc…
 
Après un entretien d’un peu plus d’une heure, très cordial, elles m’ont indiqué que je recevrais le rapport par voie postale dans quelques temps. Et effectivement, il est arrivé :

La question qui se pose après tout ça c’est « Jusqu’à quand je me vois fonctionner comme cela ? » Et bien je n’ai pas la réponse pour la simple et bonne raison que ce que nous faisons depuis un an maintenant me semble tellement naturel, couler de source, évident et si simple que je ne sais pas comment on faisait avant en fait !

Bien sûr que si un jour mon fils me dit « Maman, je veux aller à l’école ! » je l’entendrai. On explorera cette piste et pourquoi pas le re scolariser, mais ce n’est pas quelque chose à faire à la va vite. Autant la rescolarisation que la déscolarisation. Les 2 options ont des conséquences, à vous de peser le pour et le contre et de prendre votre décision en accord avec le reste de votre foyer 🙂


Dans cet article je vous parle beaucoup de MON expérience, mais il en existe de toutes sortes des expériences IEF. N’hésitez surtout pas à me contacter si vous avez encore des questions, des doutes, des envies et que vous souhaitez en parler.

Il existe également sur Facebook, beaucoup de groupes qui traite de l’instruction en famille, il vous suffit de taper « IEF » dans la barre de recherche et vous trouverez votre bonheur.

Un article rédigé par Mandine, rédactrice du Blog Chez Tessie, couture & co : 

N’hésitez pas à visiter son univers et à la contacter pour discuter 
;)
  • https://www.facebook.com/mamansquidechirentandfriends?ref=bookmarks
  • Twitter
  • Google+
 

A bientôt sur le blog des Mamans Qui Déchirent.

7 Comments

Join the conversation and post a comment.

  1. annelise

    Bonjour, je suis toujours admirative des mamans qui pratiquent l ief.
    Voila j ai 2 petites filles de 2 et 4 ans et demi, nous vivons au Nepal le pays de leur papa.
    J aimerais leur faire l école a la maison, mais le pas et dur a franchir.
    Il y tres peu d activité ici possible(sport,musique,sortie…)nous sommes tres limités.
    Socialement je me pose beaucoup de questions, ne seront elles pas un peu exclu?
    meme si nous pouvons voir d’autres enfants es ce suffisant?

  2. DemetriaTathw

    I noticed your page’s ranking in google’s search results is very low.
    You are loosing a lot of traffic. You need hi authority backlinks to rank in top ten. I know – buying them is too expensive.
    It’s better to own them. I know how to do that, just google it:
    Polswor’s Backlinks Source

  3. so mur

    bonjour,
    maman d’une ado de 14 ans, en ief depuis l’age de ses 11 ans car souffrant de phobie sociale et de crise angoisse (terrain autistique). Elle a appris seule à parler, lire et écrire anglais. A son dernier contrôle scolaire, la prof d’anglais croyait que nous étions une famille américano-française !!! Car elle est aujourd’hui parfaitement bilingue . Son mode d’instruction ? Des vidéo de gamers sur internet, des contacts avec des ado américaines, hollandaises, malaisiennes, canadiennes sur un site de dessin, puis plus tard par skype. Aujourd’hui, cela fait deux ans qu’elle parle régulièrement avec ses correspondantes étrangères. Son niveau de culture général est impressionnant. Je ne lui dispense que des cours de maths. Le reste, elle l’apprend par la vie, par les discussions, par la lecture.
    Nos écoles ne sont pas adaptés aux enfants « spéciaux », et si au départ, ce fut une obligation pour moi de la déscolariser, c’est devenu un choix, car je me suis rendu compte que notre éducation nationale n’est plus du tout en phase avec notre société.

    • MQD

      Merci beaucoup pour votre expérience! Je dois dire que mon fils sera bientôt en âge d’être scolarisé et sincèrement, je ne suis pas pressé de le voir aller à l’école …

  4. Angélique

    Bonjour,
    Je viens de lire vos expériences avec vos enfants, et je voulais vous remercier car vous avez répondu à beaucoup de mes questions.

  5. bonnemaison

    bonjour
    voila moi j’ai mon fils qui as 7 1/2 et que est hyperactif avec trouble de l’attention et une dysorthographie , souvent seul car personne veux jouer avec et la maitresse manque des temps pour lui accorder ,donc n’avance pas , je pense passer a l’instruction en famille, mais je suis rsa , vont t’il me couper l’aide que j’ai , car n’ayant pas d’autre salaire , cela me préoccupe un peu , sans ressource cela serait un échec , car je sais que mon fils est pas bien a l’école , il est en difficulté et me dit souvent « je veux plus aller a l’école  » que faire pour prendre les bonnes décisions ?
    un petit coup de main serais bienvenue pour éclairer mes lanternes

    • MQD

      Bonjour, je suis navrée mais vos questions sont trop particulières pour que nous puissions vous répondre. Nous sommes seulement mamans et partageons nos expériences mais nous n’avons pas de légitimité pour répondre à la place des administrations. J’espère que vous trouverez rapidement le bon interlocuteur pour vous aider !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Avis de maman : Apprendre avec une tablette numérique, pourquoi pas ? - Mamans Qui Déchirent - […] Bloups, les monstres de la lecture est une application qui s’adresse aux enfants qui sont en quête d’apprentissage de la…
  2. Lécole à la maison : L'instruction en famille avant 6 ans, pourquoi pas? - […] un autre article, je vous parle de l’instruction en famille pour les plus grands, à partir de 6 ans,…

A vous la parole !

Share This
%d blogueurs aiment cette page :