Le Webzine des Mamans Qui Déchirent®

Hémangiome infantile, comment le reconnaître ?

Posted by on Fév 16, 2016 in à la une, Le quotidien avec bébé, Manuel de survie, Soins de bébé : Paroles d'experts | 0 comments

Le Club
Hémangiome infantile, comment le reconnaître ?

Hémangiome infantile,

comment le reconnaître ?

 

L’hémangiome infantile concerne 3 à 10% des enfants agés de moins d’un an. Dans votre entourgae ou en allant au parc, vous en avez sans doute déja observé. La plupart du temps, les hémangiomes sont bénins mais parfois, ils peuvent évoluer

Un hémangiome (parfois appelé hémangiome infantile) est une tumeur bénigne (non cancéreuse) des cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins (autrefois nommée « fraise »). C’est une des formes d’angiomes. Lorsqu’il y a hémangiome, ces cellules, appelées cellules endothéliales des vaisseaux se multiplient à un rythme anormalement rapide en formant une masse (« cutanée tubéreuse », « sous-cutanée »… ou « mixte » dans 75 % des cas), associée à une coloration rouge due à la présence importante de sang dans le tissu.

Définition Wikipédia .

 

hémangiome infatile
  • https://www.facebook.com/mamansquidechirentandfriends?ref=bookmarks
  • Twitter
  • Google+

 

Les laboratoires Pierre Fabre, très impliqués dans l’accompagnement et l’information aux familles, met à notre disposition un site entièrement dédié à l’hémangiome infantile. Le but est de rassurer les parents, et de faciliter une prise en charge rapide grâce à une meilleure connaissance.

Mon rôle consiste à partager cette information avec vous, et pour répondre aux questions que je me posais en tant que maman et en tant que rédactrice, j’ai eu le plaisir d’interviewer le docteur Aude Maza, dermatologue.

dermatologue pierre fabre
  • https://www.facebook.com/mamansquidechirentandfriends?ref=bookmarks
  • Twitter
  • Google+

 

Un hémangiome est-il forcément présent à la naissance ou peut-il apparaitre plus tard ?

L’hémangiome infantile appartient au groupe des tumeurs vasculaires bénignes.

Il faut distinguer les hémangiomes congénitaux, tumeurs plus rares se développant in utero (l’une régressant après la naissance : RICH= rapid involuting congenital hemangioma, l’autre persistant : NICH= non involuting congenital hemangioma) des hémangiome infantiles.
Celui-ci beaucoup plus fréquent, apparaît dans les jours ou les semaines qui suivent la naissance. La croissance est habituelle pendant les 3 premiers mois mais peut se prolonger jusqu’au 6e ou 8e mois pour les formes superficielles et 9e ou 12e mois pour les formes profondes. L’hémangiome finit par se stabiliser spontanément puis on observe une régression sur plusieurs mois ou années. Le régression est complète dans 76% des cas à l’âge de 7 ans. Il y aura des séquelles dans 70% des cas (résidus fibro adipeux ; aire de peau lâche et fine ; télangiectasies).

 

Si j’ai un doute sur la présence d’un hémangiome, quels signes dois-je surveiller ?

Il peut exister deux types de lésions prémonitoires :
_une tache blanche de vasoconstriction ou une nappe rouge, souvent télangiectasique et de limites imprécises qui peut simuler un angiome plan.
La croissance rapide de l’hémangiome dans les jours suivant la naissance est un bon signe diagnostique. La prise de photographie de la lésion peut aider à observer la croissance ou le changement d’aspect de l’hémangiome.

  Y a t-il des précautions à prendre durant la grossesse pour limiter les risques ?

Le phénomène initiateur est toujours inconnu. Des études récentes tendent à confirmer le rôle initiateur d’une hypoxie antenatale ou d’un stress néo natal dans la formation des hémangiomes infantiles. Il n’existe pas à ce jour de recommandation à donner à la femme enceinte pour éviter l’apparition des hémangiomes.

  Pour les enfants atteints, quelles sont les conséquences ?

Les hémangiomes sont des tumeurs vasculaires bégnines et de localisation ubiquitaire. En fonction de la taille et du site anatomique, il peut y avoir des complications locales :
-ulcération notamment au niveau du siège avec le frottement des couches et les phénomènes de macération
– surinfection locale de l’ulcération (par le frottement, la macération)
– gène fonctionnelle pour respirer (si hémangiome localisé sur le bord des narines ou muqueux) ou voir (sur les paupières) ou pour la prise du biberon (hémangiome des lèvres et de la muqueuse buccale) .
Si la localisation se situe sur une zone non à risque vital ou fonctionnel, la gêne sera surtout esthétique si celui-ci ne régresse pas complétement et qu’il persiste une cicatrice. Il peut s’agir du reliquat fibro adipeux pouvant être reprit de manière chirurgicale en cas de gène esthétique ou des télangiectasies résiduelles (petits vaisseaux visibles) pouvant être traités par laser vasculaire.
Un nouveau traitement médical par sirop de propranolol 3.75 mgr/ml (Hemangiol°) peut être initié avant l’âge de 5 mois pour freiner la croissance des hémangiomes et ainsi prévenir certaines complications. Il est ainsi préconisé de consulter dans les premières semaines de vie de l’enfant si l’hémangiome est suspecté pour pouvoir apprécier la croissance ou non de celui-ci et introduire le traitement dans la période la plus favorable pour limiter les conséquences.

 

J’espère que cet article vous aura aidées à mieux comprendre et reconnaitre l’hémangiome infantile pour ma part, je remercie le groupe Pierre Fabre pour son communiqué de presse, quim’a donné l’occasion de m’interresser au sujet et de le partager avec vous.

Bien entendu, je remercie encore plus particulièrement le docteur Aude Maza d’avoir pris le temps de répondre à mes questions de maman, et je vous invite à consulter le site dédié à l’hémangiome infantile pour en savoir plus !

 

A bientôt chez les Mamans Qui Déchirent !

 

crédits : image Le Parisien santé.

 

 

 

A vous la parole !

Share This
%d blogueurs aiment cette page :