Le Webzine des Mamans Qui Déchirent®

Quelques conseils pour un allaitement serein

Posted by on Juin 26, 2014 in L'espace conseil des Futures Mamans, Le quotidien avec bébé | 10 comments

Le Club
Quelques conseils pour un allaitement serein

 

Quelques conseils pour

un allaitement serein

Vous êtes enceinte et désirez allaiter votre bébé, vous êtes une jeune maman et rencontrez quelques difficultés à bien démarrer votre allaitement?

Voici quelques conseils pour préparer sereinement votre allaitement maternel, histoire de ne pas trop paniquer une fois bébé au sein.

 

 

 

Avant l’accouchement :

Vous pouvez d’ores et déjà vous renseigner, vous informer, entrer en contact avec des mamans allaitantes, et si vous aimez lire, vous documenter sur l’allaitement en général.
Masser et pincer vos mamelons ne vous servira à rien, ne croyez pas non plus que votre allaitement sera foiré si vous n’avez pas de colostrum qui s’écoule de vos seins pendant la grossesse, les seins se préparent à l’allaitement d’eux-même. Restez zen, c’est important pour vous et votre bébé.

Après l’accouchement :

– Favorisez un contact peau à peau avec votre bébé, dès sa naissance. Laissez le découvrir votre odeur, il saura de lui-même où se trouve le frigo 😉

– Favorisez également une bonne position, qui sera nécessaire et évitera tous les désagréments liés à la mise en place de l’allaitement (crevasses, engorgements…). Si vous ressentez une forte douleur au moment de la succion, c’est très certainement dû à une mauvaise position, changez-en. Si vous doutez, n’hésitez pas à prendre contact avec des organismes compétents, tels que la Leche League, qui regroupe des femmes délicates et pleines de bons conseils.

– L’allaitement est un processus naturel, il s’installe progressivement. Le démarrage de l’allaitement vous demandera patience et volonté. Il est important que vous le sachiez, afin de vous y préparer sereinement.

– Le sommeil est important, vous ne devez pas vous fatiguer inutilement. Ça n’en sera que bénéfique pour votre production lactée. Vous avez besoin d’être détendue pour réussir votre allaitement. Votre panière de linge peut attendre quelques jours, rien n’est urgent !

Prenez soin de vos seins, en appliquant par exemple une crème à base de lanoline après chaque tétée. Vous pouvez également étaler quelques gouttes de lait maternel sur vos mamelons si quelques douleurs ou crevasses apparaissent, c’est un très bon cicatrisant et antiseptique.

– Votre lait est bon. Ne croyez pas n’importe quoi, il n’existe pas de mauvais lait.

– Si vous avez une baisse de lactation, favorisez les tisanes, buvez beaucoup et reposez vous.

– Il existe plusieurs pics de croissance, votre bébé sera donc plus goulu à 3 semaines, 6 semaines, 9 semaines, 3 mois, 6 mois et 9 mois. Préparez vous à boire et à dormir, votre enfant tétera de façon excessive et répétée, histoire de faire comprendre à votre corps qu’il doit produire plus de lait.

Vos seins ne stockent pas le lait, ils le fabriquent en cours de succion. Une infime quantité de lait est entreposée dans vos seins, ne vous inquiétez donc pas si vous pressez vos mamelons entre les tétées et que rien ne sort, je vous invite d’ailleurs à éviter de le faire.

– Avant chaque montée de lait, vous ressentirez comme des petits pics électriques dans vos seins, c’est tout à fait normal, c’est la production de lait qui se met en route, ne paniquez pas.

– N’hésitez pas à varier votre alimentation, plus vous changerez d’aliments, plus bébé sera initié aux goûts différents, et donc heureux de manger.

 

 

Quelques signes qui montrent que votre allaitement est bon et bien installé :

Avec l’allaitement, il est impossible de savoir la quantité que bébé a pris, c’est pourquoi il vous faudra repérer quelques signes qui vous montreront que bébé à bien mangé.

  • Bébé est paisible, somnolent, il est calme et repu.
  • Vos seins sont souples et bien moins tendus qu’avant la tétée.
  • Votre mamelon est de forme oblique.
  • Vous ressentez une sensation de somnolence, vous êtes comme sur un petit nuage. Ceci est dû à la production d’endorphines, l’hormone du plaisir.
  • Bébé prend du poids, pas autant qu’un bébé allaité au lait maternisé, alors ne paniquez pas. Tant que bébé prend du poids, et même s’il stagne un peu, tout va bien.
  • Bébé mouille bien ses couches (au moins six par jour) et s’il ne sécrète que quelques selles par semaines, c’est tout à fait normal, on appelle ça le syndrome du lait parfait, rien à jeter. En revanche, ses selles doivent être bien jaune d’or et grumeleuses.

L’allaitement ok c’est sympa, mais quels sont les réels avantages pour bébé?

Le lait maternel correspond exactement aux besoins nutritionnels de bébé.
Sa composition évolue avec la croissance de bébé, il ne fatigue donc pas son système digestif. Quasiment assimilé par son organisme, il laisse très peu de déchets. Il prévient également des éventuels problèmes gastriques.
Le lait maternel comporte énormément d’anticorps, ce qui favorise un bon système immunitaire. Si vous êtes malade par exemple, vous transmettez  à bébé vos anticorps pour que celui-ci puisse mieux faire face à la maladie lorsqu’il y sera confronté.
L’allaitement exclusif joue un rôle préventif contre les allergies. En évitant tout autre aliment que le lait maternel pendant les 6 premiers mois de bébé, surtout si vous ou le papa êtes déjà allergique, vous réduisez de façon considérable l’éventuelle prédisposition allergique de l’enfant.
La sécrétion d’endorphines dont je vous parlais au début de ce billet est très utile pour, par exemple, soulager la douleur de bébé (dents, vaccins…).

En conclusion :

Si vous avez envie d’allaiter, mettez toutes les chances de votre côté, et n’hésitez pas à demander de l’aide si vous rencontrez des difficultés.
Si allaiter devient contraignant, arrêtez. Ne vous minez pas le moral, votre bébé sera tout aussi heureux avec un biberon de lait maternisé qu’à votre sein.
N’oubliez jamais, les bébés sont des éponges, si vous êtes stressée, votre bébé le ressentira et sera lui-même agité et nerveux.

 

Soyez zen et ne culpabilisez jamais.

 

 

Article rédigé par Lollie Rock

 

 

10 Comments

Join the conversation and post a comment.

  1. Cécile

    Super article !
    J’ajouterais pour après l’accouchement : mettre bébé au sein tôt (le + tôt possible après la naissance) et souvent (dès qu’il demande en fait). Ne pas attendre qu’il pleure, un nouveau-né se réveille généralement pour téter et ne pas écouter les « il tête encore ?! »… bah oui il était nourri en continu il y a 2 jours, ça va lui passer mais pas en quelques heures. Ni les « une tétée de 20 minutes, toutes les 3 heures », vu la taille d’un estomac de nouveau-né et son niveau de fatigue, c’est pas le peine d’essayer… (ça peut arriver mais c’est rare).
    C’est du vécu 😉

    • Lollie Rock

      C’est vrai !! Surtout, ne pas écouter les conseils néfastes, déprimants ou donneurs de leçons, c’est important. N’écouter que son bébé, lui seul saura vous montrer quand et comment il veut téter.
      Merci pour ton commentaire 🙂

  2. Tessie / Mandine

    Il est top cet article !! Merci Lollie Rock, je relaye de suite.
    On lit et on entend trop souvent des conseils bidons de la part des professionnels non formés… Après un 1er allaitement raté il y a presque 10 ans, je me suis blindée d’info pour réussir les suivants, et heureusement sinon je n’aurait pas été bien loin…

    • Lollie Rock

      C’est mon allaitement catastrophe qui m’a enseigné tous ces conseils. C’était loin d’être gagné au départ, je suis passée par toutes les galères possibles et inimaginables. Je pense faire un billet dans quelques temps pour conseiller toutes les mamans en grosse galère d’allaitement.
      Merci à toi 🙂

  3. Carine P

    Bel article, j’ai allaité mes 4 enfants et j’allaite toujours le petit dernier qui a 18 mois.
    Mais il ne fait toujours pas ses nuits ce coquin et l’entourage devient vraiment pénible.
    Enfin pour le moment je tiens bon , mais le papa commence à ne plus me soutenir 🙁

    • Cécile

      Mon petit bout était pareil, même si l’allaitement n’explique pas forcément les nuits pourries (il a bon dos), c’est vrai que parfois les enfants associent tétée et endormissement.
      As-tu lu le livre d’E. Pantley « Pour un sommeil paisible et sans pleurs », il y a des mamans pour qui ça marche bien cette méthode de sevrage nocturne et ce n’est pas « violent » pour le bébé. Il y a aussi la méthode du Dr Jay Gordon, qui est un peu plus dure mais sans être dans le « laisser pleurer ». Tu peux la lire ici .

      Perso, j’ai sevré mon loulou la nuit à 13 mois car il se réveillait toutes les 1 à 2 heures et je n’en pouvais plus. Ce la se ressentais sur ma vie de famille et sur mes rapports avec son grand frère… ce n’était pas mes convictions au départ mais j’ai fini par faire ce choix qui est possible (et qui permet de continuer l’allaitement la journée). Ce n’est pas simple en tout cas, bon courage !

  4. panaka62

    coucou ! cet article est super complet ! j’en ai fait un également, mais j’ai mis un lien vers ici pour que mes lecteurs puissent le consulter :
    http://panaka62.wordpress.com/2014/07/18/allaitement-et-tire-lait/

  5. Elo Chow

    Très bon article, plein de bons conseils!

  6. MQD

    Merci pour le lien ! je file lire votre article !!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Allaitement et Tire-Lait | ·÷±‡±.p@n@k@.±‡±÷· - […] Reprise du travail et allaitement : Pour Olivia, j’ai commencé à tirer mon lait à 1 mois et demi,…

A vous la parole !

Share This
%d blogueurs aiment cette page :